L’addiction à la croissance

Publié par Marc Lafontan | Libellés : La Cage

 

 

 

Trois ingrédients sont nécessaires pour que la société de consommation puisse poursuivre sa ronde diabolique :

la publicité, qui crée le désir de consommer,

le crédit, qui en donne les moyens, et

l’obsolescence accélérée et programmée des produits, qui en renouvelle la nécessité. Ces trois ressorts de la société de croissance sont de véritables «pousse-au-crime ».

 

La publicité nous fait désirer ce que nous n’avons pas et mépriser ce dont nous jouissons déjà.

Elle crée et recrée l’insatisfaction et la tension du désir frustré. D’après un sondage effectué auprès des présidents des plus grandes firmes américaines, 90% d’entre eux reconnaissent qu’il serait impossible de vendre un nouveau produit sans campagne publicitaire ; 85 % déclarent que la publicité persuade « fréquemment » les gens d’acheter des choses dont ils n’ont pas besoin; et 51% disent que la publicité persuade les gens d’acheter des choses qu’ils ne désirent pas vraiment. Oubliés les biens de première nécessité. De plus en plus, la demande ne porte plus sur des biens de grande utilité, mais sur des biens de haute futilité.

Élément essentiel du cercle vicieux et suicidaire de la croissance sans limite, la publicité, qui constitue le deuxième budget mondial après l’armement, est incroyablement vorace : 103 milliards d’euros aux États-Unis en 2003, I5 en France. En 2004, les entreprises françaises ont investi 31,2 milliards d’euros pour leur communication (soit 2% du PIB et 3 fois le déficit de la Sécurité sociale française l). Au total, pour l’ensemble du globe, plus de 500 milliards de dépenses annuelles. Montant colossal de pollution matérielle, visuelle, auditive, mentale et spirituelle! Le système publicitaire « s’empare de la rue, envahit l’espace collectif – en le défigurant -, s’approprie tout ce qui a vocation publique, les routes, les villes, les moyens de transport, les gares, les stades, les plages, les fêtes ». Ce sont des émissions «saucissonnées », des enfants manipulés et perturbés (car les plus faibles sont les premiers visés), des forêts détruites (40 kg annuels de papier dans nos boîtes aux lettres). Et, au final, les consommateurs paient l’addition, soit 500 euros par an et par personne.

De son côté, l’usage de la monnaie et du crédit, nécessaire pour faire consommer ceux dont les revenus ne sont pas suffisants et pour permettre aux entrepreneurs d’investir sans disposer du capital nécessaire, est un puissant «dictateur» de croissance au Nord, mais aussi de façon plus destructrice et plus tragique au Sud.

Cette logique «diabolique» de l’argent qui réclame toujours plus d’argent n’est autre que celle du capital. On est face à ce que Giorgio Ruffolo appelle joliment le « terrorisme de l’intérêt composé ». Quel que soit le nom dont on l’affuble pour le légitimer, retour sur investissement (return on equity), valeur pour l’actionnaire, quel que soit le moyen de l’obtenir, en comprimant impitoyablement les coûts (cost killing, down sizing), en extorquant une législation abusive sur la propriété (brevets sur le vivant) ou en construisant un monopole (Microsoft), il s’agit toujours du profit, moteur de l’économie de marché et du capitalisme à travers ses diverses mutations.

Cette recherche du profit à tout prix se fait grâce à l’expansion de la production-consommation et à la compression des coûts. Les nouveaux héros de notre temps sont les cost killers, ces managers que les firmes transnationales s’arrachent à prix d’or, leur offrant des matelas de stock-options et des parachutes dorés. Formés le plus souvent dans les business schools, que l’on devrait plus justement appeler «écoles de la guerre économique », ces stratèges ont à cœur d’externaliser au maximum les charges pour en faire porter le poids à leurs employés, aux sous-traitants, aux pays du Sud, à leurs clients, aux États et aux services publics, aux générations futures, mais, par-dessus tout, à la nature, devenue à la fois pourvoyeuse de ressources et poubelle. Tout capitaliste, tout financier, mais aussi tout homo œconomicus (et nous le sommes tous), tend à devenir un «criminel» ordinaire plus ou moins complice de la banalité économique du mal.
Dès 1950, Victor Lebow, un analyste du marché américain, avait compris la logique consumériste. «Notre économie, immensément productive, écrivait-il, exige que nous fassions de la consommation notre style de vie […]. Nous avons besoin que nos objets se consomment, se brûlent et soient remplacés et jetés à un taux en augmentation continue»

Avec l’obsolescence programmée, la société de croissance possède l’arme absolue du consumérisme. Au terme de délais toujours plus brefs, les appareils et équipements, des lampes électriques aux paires de lunettes, tombent en panne par suite de la défaillance voulue d’un élément. Impossible de trouver une pièce de rechange ou un réparateur. Réussirait-on à mettre la main sur l’oiseau rare, qu’il coûterait plus cher de réparer que de racheter du neuf (celui-ci étant aujourd’hui fabriqué à prix cassé dans les bagues du Sud-Est asiatique).

C’est ainsi que des montagnes d’ordinateurs se retrouvent en compagnie de téléviseurs, de réfrigérateurs, de lave-vaisselle, de lecteurs de DVD et de téléphones portables à encombrer poubelles et décharges avec des risques de pollution divers : 150 millions d’ordinateurs sont transportés chaque année dans des déchetteries du Tiers-monde (500 bateaux par mois vers le Nigeria !), alors qu’ils contiennent des métaux lourds et toxiques (mercure, nickel, cadmium, arsenic, plomb).

Ainsi sommes-nous devenus des « toxico dépendants » de la croissance. La toxico dépendance à la croissance n’est d’ailleurs pas qu’une métaphore. Elle est polymorphe. A la boulimie consommatrice des accrocs de supermarchés et de grands magasins répond le workaholism, l’addiction au travail des cadres, alimenté, le cas échéant, par une surconsommation d’antidépresseurs et même, selon des enquêtes anglaises, par la consommation de cocaïne pour les cadres supérieurs qui veulent « être à la hauteur ».

L’ hyper consommation de l’individu contemporain «turbo-consommateur» débouche sur un bonheur blessé ou paradoxal. Jamais les hommes n’ont atteint un tel degré de déréliction. L’industrie des «biens de consolation» tente en vain d’y remédier. Nous, Français, possédons, dans ce domaine, un triste record : nous avons acheté, en 2005, 41 millions de boîtes d’antidépresseurs. Sans entrer dans le détail de ces «maladies engendrées par l’homme», on ne peut que souscrire au diagnostic du professeur Belpomme : «La croissance est devenue le cancer de l’humanité. »

Serge Latouche, « Petit traité de la décroissance sereine ».
Source

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*