Olivier, tu nous manques déjà terriblement.

Très actif et profondément engagé sur les causes de la transition écologique, à l’origine ou contributeur de nombreuses associations locales sur la mobilité douce, l’alimentation locale et saine, la citoyenneté, l’énergie renouvelable et la sobriété, co-président de notre association Villages d’Yvelines en Transition pendant de nombreuses années, Olivier Guittard a décidé de nous quitter ce jeudi 16 septembre 2021.

Son engagement, sa gentillesse, son humilité, son énergie, son altruisme sincère … nous manquent déjà terriblement. Son exemple inspirant est également une perte pour notre communauté.

Toutes nos pensées chaleureuses et solidaires vont à sa famille et à ceux qui étaient proches de lui en amitié et par les valeurs communes.

 

Mobilisation contre le démantèlement de Grignon – Discours sur la Transition

 

Hier, lors de la manifestation contre le démantèlement du site de Grignon, Villages d’Yvelines en Transition a pu exposer la vision des associations de Transition devant les étudiants, les chercheurs et enseignants, les élus locaux et des personnalités politiques (Y. Jadot, D. Batho, et C. Vilani) entre autres.

Vous trouverez ci-dessous le discours, qui apporte une vision complémentaire  au projet alternatif de Grignon, en souhaitant un projet exemplaire en terme de Transition, à l’avantage des habitants du territoire, et ouvert à l’engagement Citoyen : car l’action de tous est nécessaire pour relever les défis à venir

Bonne lecture !

——————————————————–

Nous, Villages d’Yvelines en Transition et 6 autres associations locales présentes dans 30 communes autour du Domaine de Grignon, avons manifesté notre intérêt et notre soutien auprès des chercheurs et des étudiants pour co-construire l’avenir de ce site dans une perspective de transition écologique, économique, et citoyenne.

L’urgence et les leviers de la transition écologique sont bien connus, mais l’Etat a choisi la voie du « business as usual » en sacrifiant la pépite de Grignon, notre bien commun, au seul profit d’intérêts privés.

  • Alors qu’il faut préserver le foncier agricole, restaurer les milieux naturels et lutter contre l’artificialisation des sols, l’Etat choisit une entreprise dont le seul objet est le profit par la promotion immobilière.
  • Alors qu’il faut réduire les émissions du secteur de la construction, et ne plus construire que des bâtiments à impact positif, l’Etat n’a même introduit aucune exigence environnementale dans ses critères d’appel d’offre immobilier
  • Alors qu’il faut développer une production et des filières d’alimentation locales et diversifiées, l’Etat cède des terres sans se soucier de leur devenir. Et ce, alors même que le Projet Alimentaire Territorial des Yvelines montre  que notre production céréalière est majoritairement destinée à l’exportation en représentant 756% de nos besoins, alors que nous avons une autosuffisance inférieure à 10% pour les fruits, les légumes et la viande, et une surface agricole bio ridicule de 5%.
  • Enfin, alors qu’un bon fonctionnement démocratique nécessite en amont une implication large des parties prenantes, on constate ici que la co-construction d’un projet ambitieux tourné vers l’avenir n’a pas eu lieu. C’est pourtant ce que mérite Grignon.

Ce manque de vision de l’Etat en matière de transition locale est consternant et inquiétant pour notre avenir. Difficile de comprendre l’écart entre les discours et les actes pour les citoyens que nous sommes !

Difficile aussi de comprendre cette attitude alors que Grignon est une opportunité rêvée pour changer radicalement de cap. On pourrait y démontrer que les solutions de transition marchent en résorbant nos déséquilibres locaux, et en offrant plus de résilience aux populations autour de Grignon, quels que soient leurs revenus.

  • Grignon a tous les atouts pour être une vitrine de la transition écologique et alimentaire en circuit court. Les producteurs bio locaux sont saturés et font face à une demande toujours croissante, alors que les candidats à l’installation ont peu de chances de trouver des terres sur le territoire => Grignon pourrait apporter un changement d’échelle
  • Les cantines de nos écoles passent au bio => Grignon pourrait fournir la demande et développer des activités de transformation, permettant ainsi à notre dépense publique d’être réinvestie utilement sur notre territoire

Et autour de ce pilier agro-écologique et alimentaire, on pourrait mettre en œuvre de manière cohérente les autres piliers de la transition : mobilité durable, énergies renouvelables, sobriété, économie circulaire notamment.

En tant qu’association, nous savons aussi quoi faire pour la transition. Mais dans la réalité nous manquons

  • de locaux : pour développer épiceries participatives, ressourceries, trocs en tous genres, atelier de partage et de réparation d’objets, ou pour accueillir des conférences et des débats
  • nous manquons de terres : pour créer AMAP, et jardins familiaux
  • de surfaces pour développer des projets citoyens d’investissement dans les énergies renouvelables
  • Enfin, d’occasions : pour faire entendre notre point de vue sur les mobilités douces, entre autres

Ce manque d’opportunités limite l’impact de nos actions => encore une fois Grignon apporterait des solutions.

Grignon c’est aussi historiquement un extraordinaire espace de recherches et de transfert de connaissance. Dans ce lieu, les scientifiques pourraient innover en dehors du cadre : ouvrons-le, créons des liens entre les chercheurs et les habitants pour nous permettre de comprendre la complexité des mécanismes de la transition, voire de nous impliquer dans des protocoles de recherche ! Et pourquoi pas, en profitant de l’expérience de Grignon, innover dans les Low Tech et développer une gamme d’outils agricoles dimensionnés au juste besoin ?

L’ouverture d’un tel site permettrait la transmission des savoirs, la rencontre des acteurs et ainsi favoriserait l’éducation du plus grand nombre. Des jardins ouverts aux citoyens permettraient de reconnecter le citoyen à la terre et au respect du vivant.

Il est temps aussi de tester de nouveaux modèles. Les projets coopératifs, portés par des associations, ont démontré qu’ils apportent des solutions viables économiquement, et procurent un impact social et environnemental positif. Ils permettent aussi d’agir là où les acteurs privés ou publics habituels ne s’engagent pas.

Ce que nous voulons, c’est un Grignon fort de tous ses atouts et de l’implication de citoyens engagés dans son éco-système,   exemplaire dans la mise en place de la transition écologique dans tous les domaines, et qui génère des dynamiques collectives à l’avantage des habitants du territoire. Pourquoi ne pas développer sur Grignon un démonstrateur référent en matière de transition globale, qui véhicule une vision positive et un rayonnement local, national voire international ?

Mais avec cette décision de l’Etat, les habitants ont été spoliés de ce formidable atout sur leur territoire. ET C’EST GRAVE. Car pour réussir, la transition nécessite d’être appropriée par tous.

Il est plus qu’urgent que les décideurs publics opèrent la transition écologique dans leur propre processus de décision, et portent au niveau des territoires une vision et un projet de société durable. Il est insupportable de rater une telle opportunité alors que le temps presse et que les solutions sont connues pour un monde plus durable !

Ici, nous avons une occasion unique de développer un projet écologique cohérent et ambitieux, impliquant toutes les parties prenantes, y compris les associations citoyennes.

Vous l’avez aussi compris, et nous sommes prêts à continuer notre mobilisation à vos côtés .  Merci à toutes et à tous pour votre attention !

 

Grignon: appel à manifestation pour la sauvegarde du site

 

 

L’Etat a décidé de vendre le campus AgroParisTech-INRAE de Grignon au groupe immobilier Altarea Cogedim.

Le projet, derrière des affichages de verdissement, est basé sur la spéculation
et la plus-value immobilière par le logement. Du PSG à Altarea Cogedim, les menaces liées à la privatisation persistent. Nous nous opposons à la revente en lots, « à la découpe », ce qui ouvrirait la porte au démembrement de ce site unique. Depuis 5 ans nous maintenons nos revendications : nous voulons un projet d’intérêt général et territorial à Grignon.

L’Etat doit revenir sur sa décision et abandonner toute privatisation du domaine national de Grignon. Il doit le mettre à disposition d’un grand projet ambitieux pour accompagner la transformation de notre agriculture et de notre alimentation en tenant compte du changement climatique et de la protection de la biodiversité.

L’Etat doit organiser une concertation de tous les acteurs intéressés à l’avenir de Grignon comme bien commun : collectivités territoriales, habitants, parlementaires, syndicats, associations locales, environnementales et de défense du patrimoine, ONG, étudiants et anciens élèves, personnels AgroParisTech-INRAE, professionnels de l’agriculture, de l’alimentation et de l’environnement, amis de Grignon…

L’Etat doit faire de Grignon un atout pour l’Université Paris-Saclay, dont AgroParisTech et INRAE sont membres, et y développer un lieu dédié à la transition agricole et alimentaire. Grignon doit être à la fois terrain d’expérimentation, d’enseignement, de science ouverte, contribuant au développement économique et social local et national.

Le 11 septembre à 14h, manifestons tous contre la vente du campus de Grignon
au promoteur immobilier Altarea Cogedim.
Rassemblement en bas de l’avenue Brétignières à Grignon, rendez-vous devant l’école

Défi Zéro Déchet – édition 2021

Avec l’arrivée de la 5ème édition du Défi Zéro Déchet – Sud Yvelines, l’événement s’installe dans la durée et sera maintenant tous les ans du 15 septembre au 30 novembre.

– 27 % de réduction de déchets en 2 mois. C’est le résultat atteint par les familles participantes à la 4ème édition du Défi en 2020.

Alors en 2021, pourquoi pas vous ?

Inscription ouverte

Pas besoin d’être un expert, seul votre intérêt compte !

Le Défi Zéro Déchet c’est un coaching ludique et convivial
Pas facile de changer nos habitudes de manière durable et puis surtout, par où commencer ? A plusieurs reprises pendant les 2 mois du Défi, les participants se rencontrent pour échanger des astuces, conseils et bonnes adresses, s’encourager et partager des retours d’expériences pour entamer un sacré régime…celui de nos poubelles !
En famille ou en colocation, en couple ou vivant seul, des ateliers pratiques, des visites de sites vous seront proposés pour progresser à votre rythme, en s’amusant, sans pression ou contrainte : apprendre à faire son compost, créer ses propres produits de beauté et produits ménagers, visites de centre de tri, de ressourcerie…

Plus d’information et inscription avant le 10 septembre 2020 sur le site DECLICS ici.
Ou vous pouvez rencontrer les bénévoles de VYT lors du forum de Jouars-Pontchartrain ou écrire à contact@villages78entransition.fr

Et réservez dès maintenant votre soirée du vendredi 10 septembre 2021 de 18h30 à 20h30 à la salle Armande Béjard et Théatre Robert Manuel au Parc du chateau à Plaisir (282 rue de la Bretechelle) pour le lancement du Défi !

Pour la 4ème année, Villages d’Yvelines en Transition (VYT) est partenaire du Défi Zéro Déchet organisé par l’ALEC SQY. Toutefois, nous avons un regret, seuls les habitants de Jouars-Pontchartrain peuvent s’inscrire sur la site DECLICS. Heureusement, tout le monde pourra venir aux événements organisés par VYT !
Le programme des événements, ateliers et visites sera communiqué en septembre.

 

Pique-nique au Jardin de La Bond’Ance

C’est l’été, venez pique-niquer !

Pour marquer la fin de cette année exceptionnelle, nous vous proposons un pique-nique partagé le Vendredi 2 juillet à partir de 19h30 au Jardin de La Bond’Ance, place de la Cimballe à Jouars-Ponchartrain.

Chacun apporte un petit quelque chose à boire et à manger : bio, local, fait maison… ou pas, selon le temps que vous avez.

Venez avec vos couverts, vos verres, votre couverture (pas pour dormir, hein !), votre meilleure humeur et le sourire, vos idées, et vos souhaits d’actions pour aider le monde à aller vers plus de transition !

Comme les couverts jetables n’existent plus (ouf), on va faire attention aux emballages et viser le Zéro déchet.

Les gagnants auront le droit de (re)tester la tarte à la berce et au plantain. Certains membres de VYT ont essayé et nous sommes encore là pour en parler, car oui ! ces « mauvaises herbes » de nos jardins se mangent, comme beaucoup d’autres (d’ailleurs si vous avez des recettes?).

Un rendez-vous pour vous et vos amis (tout le monde est invité) à ne manquer sous aucun prétexte (Euro 2021, beaux-parents qui viennent manger, inondation du garage à cause d’un violent orage dû au réchauffement climatique…) !

Au plaisir de vous y retrouver !!