Archives de catégorie : Economie

Derniers préparatifs avant le lancement de la Racine en octobre 2018

Le lancement de notre monnaie locale et citoyenne La Racine est prévu pour début octobre 2018.

Les billets 1, 3, 5, 10 et 20 Racines sont imprimés. Le site internet avec la carte interactive des Professionnels Enracinés se peaufine.

Tous les supports de communication et de gestion sont en cours de test à une petite échelle sur Chevreuse et les premiers billets commenceront à y circuler à partir de fin juin.

Et pour le bassin de vie de Jouars-Pontchartrain, Neauphle-Le-Chateau et Villiers-Saint-Frédéric et ses environs, nous allons profiter de la période des vacances et de rentrée pour créer notre réseau de Professionnels “enracinés” et ainsi préparer l’échéance d’octobre.

Nous vous donnons rendez-vous lors de notre réunion mensuelle,

le lundi 2 juillet à 19h30
à la maison des ados (42 rue de la Vallée)
à Villiers-Saint-Frédéric

Nous vous présenterons comment fonctionne ce mode de paiement novateur. Vous pourrez découvrir les billets de 1, 3, 5, 10 et 20 Racines et bénéficier, en tant que précurseur, d’une adhésion plus longue valable jusqu’au 31 décembre 2019.

Formulaire d’adhésion Particuliers

Vous êtes un professionnel, votre référent de proximité se tient à votre disposition : jp_nlc_vsf@laracine-monnaie.fr

Gardons nos déchets végétaux dans notre jardin


Souches, buches,
gros branchages

Petits
branchages


Taille de haies et
de massifs


Feuilles mortes


Tonte de
pelouse


Plantes et
fleurs fanées

Comment garder ces déchets végétaux dans le jardin ?

En tondant sans ramasser l’herbe (mulching)

Les tondeuses mulcheuses coupent l’herbe en infimes parties qui sont redéposées uniformément et passent presque inaperçues en s’insinuant entre les brins de pelouse où elles s’y décomposent et servent alors d’engrais naturel.

En laissant des coins de pelouse non tondus

En conservant une ou plusieurs bandes d’herbe sans les tondre, on crée des petites prairies où la biodiversité est plus grande. De nombreux animaux y trouvent refuge, butinent et se reproduisent.

En compostant feuilles, fleurs, plantes et petites tailles

En tas ou dans un composteur, les déchets organiques du jardin, auxquels peuvent s’ajouter les déchets de cuisine biodégradables, sont transformés en compost. Ce compost est ensuite utilisé comme un terreau pour nourrir les parterres et les massifs.

En fabriquant un paillis avec des branchages broyés

Avec un simple broyeur électrique, les branchages d’un diamètre inférieur à 4,5 cm diminuent fortement en volume et deviennent un paillis très intéressant pour :

– limiter l’arrosage
– améliorer les sols
– éviter le désherbage chimique et manuel
– créer un lieu propice aux insectes utiles
– éviter le tassement de la terre sous l’action de la pluie

En utilisant les branches d’élagage pour aménager le jardin

Les longues branches droites peuvent servir de tuteurs pour les fleurs et les plantes du jardin.
Les autres branches entassées pêle-mêle ou entrelacées soigneusement peuvent former une haie sèche ou une haie de Benjes. Clôture, brise vue, ces haies deviennent aussi un abri naturel pour toute une faune (oiseaux, multitude d’insectes dont les coccinelles et les perce-oreilles) qui sera utile contre les nuisibles.

En tronçonnant des bûches pour se chauffer

Une fois débarrassées de leurs ramifications, les grosses branches peuvent être coupées en bûches aux dimensions de la cheminée ou du poêle. Après 1 à 2 ans de séchage, elles apporteront de la chaleur pendant l’hiver.

Avantages

Economiser l’achat d’engrais

Gagner du temps

Economiser les coûts de transport

Eviter d’émettre du CO2

Notices des objets fabriqués lors de la JNDD de Jouars-Pontchartrain

Ce sont quelques dizaines de sacs sans couture, de Tawashi et de vases qui ont été fabriqués dans les ateliers de la Journée de la Nature et du Développement Durable du 26 mai à Jouars-Pontchartrain.

Enseignants et élèves du Club Nature du collège St Simon, bénévoles de VYT et visiteurs ont manié les ciseaux pour donner une seconde vie aux chaussettes, T-shirts et bouteilles plastiques récoltés par les collégiens.

Afin qu’enfants comme adultes renouvellent l’expérience chez eux, voici les notices :

Notice Sac sans couture

Notice Tawashi

Notice Vase en bouteille plastique

A coté des ateliers, il était possible de réviser les consignes de tri des emballages grâce au kakemono prêté par le SIDOMPE.

 

VYT a aussi présenté 6 techniques pour conserver les déchets végétaux dans le jardin. Les connaissez-vous ? Vous pourrez le vérifier en lisant notre prochain article “Gardons nos déchets végétaux dans notre jardin”.

 

Repar’ café du 7 avril

 

Nous nous retrouverons le 7 avril  Maison du Jeu de Paume  à Neauphle le Château pour aider les propriétaires d’objet et d’appareil en panne mais également pour réaliser des cosmétiques à base de produits naturels. Au programme:

  • Baume cicatrisant au calendula
  • Crème de jour à la carotte ou au thé vert
  • Gel démaquillant à l’aloe vera
  • Baume à lèvres
Gel démaquillant à l’aloe vera

rassembler

 

Mélanger

 

Verser

 

Utiliser

 

Les Répar’cafés et les ateliers sont gratuits, les personnes inscrites à l’adresse mail “contact@villages78entransition.fr”  repartiront avec les échantillons faits sur place (12 places maximum)


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le troc de vêtements … vivement le prochain !!

C’est dans la belle salle de la Maison du Temps Libre à Villiers-St-Frédéric que nous nous sommes retrouvés dimanche 4 février de 9h à 17h pour le Troc de Vêtements. Cet événement, à contre-courant du “fast fashion” (pendant du fast food pour l’habillement), prolonge la durée d’usage de nos vêtements et donne une seconde vie aux tissus. Cette édition 2018 a été l’occasion de quelques innovations …

En plus du traditionnel troc, à partir de 13h, tout le monde pouvait participer aux ateliers proposés et fabriquer des Tawashi avec des chaussettes usées, des tapis  avec des T-shirts abîmés, des coussins avec des jupes démodés, etc.

Autre nouveauté, les vêtements restant ont eu une 2ème chance d’être emportés et re-portés lors de la friperie ouverte à tous et gratuite qui a débuté à 15h.

180 kg de vêtements ont été amené par une cinquantaine de personnes. Près de 60% ont retrouvé preneur ou ont été utilisés dans les ateliers pour confectionner d’autres objets. Pour les fripes restantes, celles des enfants de moins de 8 ans sont parties en Afrique et les autres ont été données à une association.

Tout au long de la journée, les participants ont pu grignoter des gâteaux et boire café et jus. Et le midi, nous nous sommes retrouvés avec plaisir autour d’un repas façon auberge espagnole.

Pour résumer cette journée conviviale : vivement la prochaine !

Pour en savoir plus sur la consommation vestimentaire :

Acteurs du Paris Durable répondent aux questions :
1/ Quel est l’impact de l’industrie de la mode sur l’environnement ?
2/ Quelle est l’évolution de nos habitudes de consommation dans ce domaine ? Les consommateurs sont-ils prêts à passer à une mode plus éthique ?
3/ A l’instar du gaspillage alimentaire, peut-on parler de « gaspillage vestimentaire » ?
4/ Quelles solutions pour y remédier ? Technologique ? De l’industrie ? ? Des consommateurs ?

Envie de changer de look en s’habillant chic et équitable ? Alors habillez-vous éthique !